Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . Fumigation : les plantes à fumer et leurs bienfaits

Fumigation : les plantes à fumer et leurs bienfaits

Purifier un lieu ou une personne grâce à la fumigation
Fumigation : les plantes à fumer et leurs bienfaits

Bien connue pour ses propriétés antiseptiques et calmantes, la fumigation des plantes médicinales favorise la santé du corps et de l’esprit.

Faisant appel à la fumée ou à la vapeur d’eau, elle véhicule efficacement les molécules actives nécessaires à la purification ou au nettoyage des énergies d’une personne, d’un lieu ou d’un objet.

Sauge, résine de myrrhe, benjoin, résine d'Oliban, on vous explique tout sur ces plantes à fumer.

La fumigation de quoi s'agit-il ?

Du bas latin “Fumigatio”, la fumigation est une méthode de purification traditionnelle consistant à appliquer une plante médicinale sous forme de fumée, de vapeur ou de gaz, afin de purifier une personne, un lieu, ou des objets.

Appelé « smudging » en anglais, ce rituel de nettoyage énergétique est utilisé depuis des siècles par de nombreux peuples autochtones de différentes cultures.

On lui attribuait alors le pouvoir de guérir les problèmes de santé physique/psychique/spirituelle et d’éliminer le principal véhicule de la pollution – l’ion positif.

De nos jours, le brûlage des herbes sacrées à des fins de purification est encore une pratique répandue. Avant de commencer une conférence, une réunion ou un stage en développement personnel, ce rituel est parfois effectué pour préparer la pièce, capturer les ondes négatives et favoriser l’esprit du groupe.

Lors de l’acquisition d’un nouveau logement, d’une nouvelle voiture ou d’un quelconque bien important, il est également de coutume d’offrir une fumigation pour assainir les lieux et remercier les divinités.

Durant une maladie, après une guérison ou des conflits, c’est aussi l’occasion de démarrer ce rituel.

La combustion des plantes à fumer à ceci de particulier qu’elle permet aux principes actifs contenus dans les végétaux de pénétrer tout en profondeur les éléments qu’on souhaite purifier.

Appliquée à la maison, au bureau ou en tout autre endroit public, elle agit comme un formidable bain énergétique.

Qu’est-ce qui différencie la fumigation de l’inhalation ? Contrairement à l’inhalation qui consiste exclusivement à aspirer des substances thérapeutiques, la fumigation, elle, peut s’employer aussi bien par voies respiratoires que par voie cutanée.

Les molécules actives des plantes qu’elle catalyse sont certes inhalées, mais celles-ci peuvent aussi, comme nous l’avons vu, se diffuser en un lieu ou sur des objets pour assurer une pureté énergétique.

Les utilisations et les bienfaits de la fumigation

Si la fumigation occupe une place aussi importante dans l’herboristerie, c’est sans doute parce qu’elle possède de nombreuses vertus.

Les rites de fumigation

La fumigation, comme nous l’avons vu, est une pratique appliquée depuis la nuit des temps.

Déjà à l’époque, il s’agissait de brûler à feu doux des végétaux produisant des fumées chargées des principes actifs, afin de profiter de leurs effets positifs sur la santé du corps, de l’âme et de l’esprit.

En plus de la combustion, on pouvait aussi produire, par ébullition, des vapeurs d'eau à actions thérapeutiques.

C’est par exemple ce qui était fait avec la fumigation des feuilles de Sauge blanche, une fois brulées celles-ci dégageaient une vapeur qui permettait de désinfecter une pièce.

Dans les rituels de protection, la fumigation était utilisée pour servir d’offrande aux dieux, aux ancêtres ou à des esprits, dans le but de supplier leur clémence, de solliciter leur faveur ou d’éloigner le mauvais œil.

En Grèce, durant l’antiquité, pour soigner les maux utérins ou l’infertilité du couple, les herboristes préconisaient les fumigations orales, nasales.

Dans des rituels tels que la cérémonie de la fumée chez les Amérindiens, la fumigation avait un rôle purificateur. Son ingrédient le plus célèbre et sans doute le plus ancien n’est ni plus ni moins que l’encens.

De mémoire d’homme, cette résine aromatique a toujours servi à chasser les mauvais esprits ou à nettoyer les énergies, notamment dans les rites de purification religieux et chamaniques.

En Europe, en Asie et même en Afrique, l’encens est réputé pour ses vertus purifiantes et s’emploie facilement à la maison.

Reconnaissable par olfaction, à son fumet intense, il reste, aujourd’hui encore, l’ingrédient star de la fumigation.  

Purifier un lieu grâce à la fumigation

Comburer des plantes fumigènes est une pratique de purification conventionnelle.

Héritée des savoir-faire ancestraux, elle permet, grâce à la fumée sacrée qu’elle diffuse, de chasser les esprits malins et de purifier un lieu.

De même, dans les maisons souvent polluées du fait de l’utilisation des appareils électroniques, la fumigation capte les ions positifs – qui servent de véhicule aux microparticules – et relâche les ions négatifs : indispensable pour créer une sensation de fraîcheur intense et d’équilibre énergétique. La fumigation est un véritable décontaminant pour l’environnement.

Également efficace pour chasser les insectes de la maison, la combustion de certaines essences, comme l’encens de camphre et les feuilles de courges séchées, permet de se débarrasser des mouches.

Et ce n’est pas tout !

Vous le savez peut-être déjà : votre milieu de vie se charge des pensées et des émotions, positives ou négatives, des personnes qui y ont vécu, qui y vivent ou qui y passent.

Ainsi, en allumant un bâton de fumigation, vous aider votre environnement à purifier et renouveler ses énergies pour plus de calme et d’apaisement.

Comment réaliser une fumigation soi-même ?

La pratique de la fumigation n’est pas réservée à un public initié. Avec les bons ingrédients et les bons gestes, vous pouvez facilement réaliser vous-même votre propre fumigation.

Quelle plante choisir ?  

Bien entendu, le choix de la plante à brûler ne se fait pas ex nihilo. Il est tributaire des effets que vous recherchez et des affections que vous souhaitez soulager.

Sauge

Appartenant à la famille des lamiacées, la sauge est une herbe médicinale sacrée.

Répétée pour son odeur stimulante, ses feuilles, de couleur vert-gris et doux, ridées et légèrement épaisses, ont des propriétés équilibrantes et tonifiantes.

De tradition amérindienne et celtique, la sauge blanche a toujours été fumigée en Europe, principalement pendant les grandes épidémies.

Privilégiez-là si vous ressentez du stress, une fatigue générale ou une baisse de tonicité. Sa fumée, dense et agglutinante, neutralise tous les ions positifs qui traînent dans l’atmosphère.

Résine de myrrhe

La résine de myrrhe, pour sa part, est une plante à brûler aux vertus antiseptiques et anti-inflammatoires.

Dans les traditions judéo-chrétiennes, elle est célèbre pour avoir été l’un des 3 cadeaux apportés en offrande au Christ nouveau-né par les 3 Rois mages. Les Égyptiens s’en servaient dans leurs rituels sacrés. Les soldats grecs, quant à eux, l’employaient lors des combats pour son pouvoir curatif.

Préférez-la si vous souhaitez, par exemple, prévenir une infection, stopper la progression d’une gangrène ou traiter des douleurs rhumatismales.

Benjoin

Vous poussez aussi utiliser l’encens de benjoin pour faire votre fumigation maison. Issue des incisions faites au Styrax benjoin, un arbre d’extrême orient, cette résine naturelle, mélangée à l’huile essentielle de la même essence, est roulée autour d’une tige de bambou.

Sa fumée, purifiante et antiseptique, est particulièrement indiquée en cas de bronchite. On lui prête également un effet bénéfique sur le mental et l’évolution personnelle.

Résine d'oliban

La résine d’oliban, ou encens mâle, est prélevée sur le Boswellia sacra Flueck, aussi appelé arbre à encens.

Considérée comme un puissant anti-inflammatoire, on lui attribue bien d’autres vertus, entre autres :

  • Antiviral
  • Antiseptique
  • Régénérant
  • Expectorant
  • Stimulant du système immunitaire et nerveux

La fumée de ce végétal, chargée de tous ses principes actifs, présente des qualités purificatrices. L’encens de benjoin est très utilisé à l’église, par les chrétiens, et aussi dans les temples bouddhiques.

Comment préparer un bâton de fumigation ou smudge stick ?

En herboristerie, il n’existe pas de recette standard pour préparer un bâton de smudge stick. Vous pouvez, par exemple, mélanger plusieurs ingrédients, comme:

Comment préparer un bâton de fumigation ? La préparation d’un smudge stick est simplissime et accessible à tous.

Une fois que vous avez tous vos herbes sèches et/ou encens sous la main, nouez-les ensemble avec un fil de coton de manière à former votre bâton de fumigation.

Pour la consommation, avant toute chose, ouvrez au moins une des fenêtres de votre maison pour la ventiler.

Allumez ensuite l’extrémité de votre bâton de fumigation, idéalement avec une bûchette d’allumette, et laissez brûler pendant 30 secondes.

Poursuivez le rituel en soufflant délicatement sur votre bâton sacré et laissez la fumée imprégner les éléments que vous souhaitez purifier.

 votre convenance, vous pouvez déposer votre smudge stick dans une coquille d’ormeau ou le tenir dans votre main.

Pour nettoyer les énergies de votre lieu de vie : commencez par la porte d’entrée et faites le tour du propriétaire dans le sens des aiguilles d’une montre.

Pensez à ouvrir les portes de vos placards pour laisser la fumée s’infuser sur tout.

Pour purifier une personne : enfumez-la de la tête aux pieds en prenant soin de répandre de la fumée sur son dos.

Au fur et à mesure de l’éviction des énergies négatives, vous ressentirez comme une sensation de légèreté et de détente absolue.

Les précautions à prendre pour réaliser une fumigation 

Malgré ses répercussions positives sur la santé physique, psychique et spirituelle, la fumigation n’est pas une pratique sans danger. En effet, comme vous vous en doutez bien, certaines fumées sont toxiques. Inhalées en grande quantité, elles peuvent provoquer de graves affections pulmonaires ou des lésions sur la trachée. D’où la nécessité d’être précautionneux.

Éviter les composants synthétiques

Parmi les bonnes pratiques à adopter pour une fumigation réussie, évitez de jeter votre dévolu sur des produits synthétiques. Si vous optez un assemblage de plantes à faire brûler tout prêt, rassurez-vous qu’elles soient toutes naturelles.

Veiller à l’absence de gaz ou de liquide inflammatoire

Avant de mettre le feu à votre bâtonnet de fumigation, assurez-vous qu’il n’y ait aucune source inflammable susceptible de provoquer des incendies.

Penser à bien faire le ménage après

D’abord ascendante lorsque chaude, la fumée dégagée par la fumigation redescend en refroidissant. Pensez donc, une fois le rituel terminé, à bien nettoyer le sol et à épousseter les meubles.

Gare à la disposition des cendres

La fumigation étant un rituel sacré, les résidus de cendre qui se déposent au fond de votre coquille le sont aussi. C’est pourquoi vous devez vous en débarrasser de façon respectueuse, idéalement dans un lieu naturel.

Si en dépit des précautions prises en amont vous subissez quand même une intoxication à la fumée, composez le 18.

Le mot de la fin sur la fumigation

Les plantes à brûler sont des alliées pour lutter contre certaines affections du corps et psychiques.

Si vous vous sentez comprimé(e) par une atmosphère ambiante devenue trop oppressante, envisager une fumigation est un bon moyen de purifier l’air que vous respirez en éliminant les microparticules et bactéries qu’il contient.

En cas de perte de tonicité, de dépression ou de mauvais œil, ce rituel de renouvellement énergétique est également fortement recommandé.

Pour profiter des différents bienfaits d’une authentique fumigation, veillez toujours à n’utiliser que des ingrédients naturels.

Nos articles conseillés