Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . L'outil des herboristes : la phytothérapie

L'outil des herboristes : la phytothérapie

Prendre soin de sa santé avec les plantes
L'outil des herboristes : la phytothérapie

La phytothérapie ou l’art de soigner par les plantes est une pratique ancestrale qui refait son apparition ces dernières années. Considéré comme une excellente alternative à la médecine de synthèse, cet ensemble de remèdes à base de végétaux peut se faire en automédication. Toutefois, il est préférable d’aller chercher des renseignements auprès d’un herboriste agréé afin de choisir les plantes qui vous correspondent.

Qu’est-ce que la phytothérapie ? Pourquoi consulter un herboriste ?

La phytothérapie : c'est quoi ?   

Domaine phare de la médecine traditionnelle, la phytothérapie n’a cessé d’évoluer au fil des siècles. Aujourd’hui, elle est une forme de médecine alternative de plus en plus considérée par les médecins conventionnels.

Les principes de la phytothérapie

Du grec “phytos” et “therapeuo” qui signifie littéralement “le soin par les plantes”, le principe de la phytothérapie est clair. Il consiste en l’emploi des végétaux pour soigner des maladies diverses.

Loin d’être une science humaine, la médecine par les plantes est un principe assimilé par de nombreuses espèces animales (chimpanzés et insectes notamment).

En phytothérapie, sont utilisées :

  • Les fleurs
  • Les feuilles
  • Les racines
  • Les écorces
  • Les sommités fleuries
  • La plante entière

Cette forme de médecine offre la possibilité de procéder à l’automédication en cultivant soi-même les plantes thérapeutiques ou en les cueillant de façon spontanée.

Concernant l’utilisation des éléments relatifs à phytothérapie, les usages se font en application interne et/ou externe.

Les propriétés médicinales des plantes ont été prouvées à maintes reprise, et ce, même avant l’apparition de la science moderne. Composée de nombreux principes actifs (tanins, phénols, flavonoïdes…), chaque plante offre des vertus qui sont bénéfiques pour notre organisme.

Quels sont les différents modes d’utilisation des plantes en phytothérapie ?

Voici un tableau des usages externes et internes qui peuvent être faits :

Usage interne

Usage externe

Infusion

Décoction

Teinture

Macérat alcoolique

Extraits fluides

Gélules

Poudres

Crèmes et pommades

Huiles essentielles médicinales végétales

Cataplasmes

Compresses

Onguents

Fumigation

En France, toutes les plantes ne sont pas en vente libre et il existe une pharmacopée qui définit les végétaux disposant de propriétés thérapeutiques. Ce répertoire est lui même composé de 2 listes (liste A et liste B) qui, ensemble, représentent plus de 500 plantes.

Histoire de la phytothérapie

Les premières traces écrites stipulant l’utilisation des plantes remontent à l’antiquité et plus précisément à l’an 3000 av. J.-C. Il s’agit d’un recueil de médecine rédigé par la civilisation sumérienne qui, déjà à l’époque, employait le thym, le chanvre ou le saule en décoctions filtrées.

Il est fort probable que la consommation de végétaux dans une logique médicinale remonte à la préhistoire. Toutefois, il n’y a aucune preuve de cette hypothèse. Il faut se rendre aux alentours de 1600 avant J.C pour trouver le premier texte portant sur la médecine par les plantes, autrement dit, la phytothérapie. Le papyrus Ebers est, à ce jour, l’ouvrage le plus ancien qui soit consacré aux plantes et à son aspect thérapeutique. Composé de près de 110 pages, il fait l’inventaire de plusieurs dizaines de plantes.

Si la médecine par les plantes a pu se frayer une place aussi importante dans nos sociétés, c’est en partie grâce aux chamans, des individus à qui l'on octroyait la capacité d'interagir avec les esprits de la nature et qui utilisait les plantes à des fins hallucinogènes ou thérapeutiques. Le chaman est en quelque sorte l’ancêtre de l’herboriste.

Du côté de la France, c’est Charlemagne qui, au IXè siècle, va amplifier l’utilisation des plantes sur un plan médical. Pour ce faire, il recommande aux abbayes, monastères et dispensaires de cultiver des végétaux à des fins thérapeutiques.

La phytothérapie et l’herboristerie jouissent d’un véritable coup de projecteur à partir 16ème siècle avec la découverte des principes actifs et la théorie des signatures de Paracelse, un historien, alchimiste, astrologue et médecin suisse.

La découverte du principe actif à séparer l’univers de l’herboristerie et du soin par les plantes en deux. On retrouve :

La phytothérapie basée sur les traditions ancestrales : avec près de 95 000 plantes connues pour leurs vertus médicinales, les histoires autour des vertus des plantes se transmettaient le plus souvent par voie orale. Ce sont les chamans, les guérisseurs-sorciers ou les herboristes qui vantaient le mérite de certaines plantes.

La phytothérapie basée sur la science moderne : complémentaire de la première forme de phytothérapie, ici, c’est le principe actif qui est recherché. L’objectif est de mesurer, doser et rechercher la dose idéale pour standardiser la plante et en faire un phytomédicament.

Que dit la législation sur la phytothérapie de nos jours ?

Avec près de 45% de la population française déclarant avoir recours aux plantes médicinales pour se soigner, la législation doit suivre le pas.

Actuellement, la législation se base sur une directive européenne (la directive 2004/27/CE) qui prévoit un régime d’autorisation de mise sur le marché des médicaments à base de plantes simplifiés. Cependant, le phytomédicament doit répondre à 5 critères cumulatifs.

Concernant l’utilisation des plantes sous leurs formes brutes (racines, fleurs, feuilles…), aucune législation n’est en vigueur. Toutefois, l’avis et les conseils d’un médecin sont recommandés !

Les herboristes : spécialistes de la phytothérapie

L’herboriste et les herboristeries sont au cœur de la phytothérapie. Le premier est un spécialiste des plantes qui saura vous aiguiller en fonction de votre problème. Le second est un établissement au sein duquel les naturopathes, phytothérapeutes et consommateurs peuvent acheter des plantes thérapeutiques.

Pourquoi consulter un herboriste ?

Malgré que le diplôme officiel ait été supprimé en 1941, les herboristes perdurent et continue de partager leur savoir. Véritable expert des plantes, le statut d’herboriste existe depuis des millénaires.

Il sait exploiter le potentiel d’une plante et en tirer ses principes actifs ;

Il sait reconnaître et cueillir les plantes et les fruits de manière écoresponsable ;

Il sait donner des conseils quant à la consommation des plantes pour soulager des maux.

Bien que la médecine par les plantes soit accessible à tous, consulter un herboriste va vous permettre d’obtenir une cure par les plantes adaptée à votre besoin.

Avec un herboriste, vous allez bénéficier d’un suivi personnalisé. En fonction de l’évolution de vos soucis, ce thérapeute spécialisé vous guide et sait modifier votre régime de végétaux.

Cependant, il faut garder en tête qu’un herboriste ne remplace pas votre médecin traitant et que ce premier ne vous conseillera jamais de mettre fin à l’utilisation d’un médicament qui vous a été prescrit.

Les conseils des herboristes

Le rôle principal de l’herboriste est de vous conseiller les meilleures plantes en fonction des symptômes que vous présentez.

Le professionnel des plantes va vous guider sur les plantes à consommer et/ou à appliquer sur votre corps ainsi que sur la manière de procéder. Il n’hésitera pas à accompagner son discours d’exemples de pathologies concrets. Aussi respectueux envers ses clients qu’envers la nature, l’herboriste cherche à vous offrir des solutions thérapeutiques naturelles et efficaces.

D’une certaine façon, le but de l’herboriste est d’aider votre corps à retrouver un certain équilibre. Souvent, la phytothérapie s’adresse à des personnes qui souhaitent :

  • arrêter les médicaments de synthèse
  • changer de forme de médecine
  • chercher une alternative de guérison

Voici quelques exemples de pathologies qui peuvent être soignées par les plantes

En cas de rhumatisme et autres problèmes articulaires, la feuille de frêne peut être votre plus grand allié.

En cas de troubles intestinaux, vous sera probablement conseillé le mucilage ou le desmodium.

En cas d’eczéma et/ou d’hémorroïdes, la feuille de chêne s’avère être très efficace.

Si vous souhaitez consulter un herboriste, privilégiez-en un qui soit accrédité par la guilde des herboristes, elle est la seule association habilitée par l’État français et est un vrai gage de qualité.

Un herboriste qualifié réussira à cerner votre personnalité, vos problèmes de santé et à vous proposer un traitement ou une cure efficaces pour mettre fin à votre problème.

Comment utiliser les plantes ?

Les plantes s’utilisent en usage interne comme en usage externe.

En usage interne, elles peuvent être consommées dans les formes suivantes :

En décoction : les plantes vont être incorporées dans de l’eau qui sera portée à ébullition. L’objectif est d’extraire les principes actifs afin de les consommer en tisane.

En infusion : le mode de fonctionnement est quasiment similaire de celui de la décoction à la différence que les végétaux sont intégrés après avoir porté l’eau à ébullition.

En teinture : c’est un extrait liquide de plante concentré, elle est la meilleure solution pour la dilution dans de l’eau, une tisane ou un jus.

En macérat alcoolique : consiste en la macération de la plante dans de l’alcool.

En gélule : à gober, elle se dissout dans l’estomac et permet de bénéficier des propriétés curatives d’une ou plusieurs plantes facilement.

En poudre : présentée sous la forme de poudre à diluer dans l’eau, elle est une des nombreuses méthodes pour tirer parti des bienfaits des plantes.

De la même façon, en usage externe, les végétaux peuvent être employés de nombreuse façon :

Par fumigation : il s’agit du processus par lequel on brûle des plantes afin de purifier l’atmosphère autour de soi

En cataplasme : elle est l’une des plus anciennes formes d’utilisation des plantes médicinales avec la tisane. Cette technique consiste à appliquer les plantes sous la forme de pâte sur le corps.

En crème : en cas de rhumatismes, brûlures ou plaie, des crèmes à bases de plantes sont vendues dans les officines, les parapharmacies et les pharmacies

En huile essentielle : les huiles essentielles de plantes peuvent être appliquées directement sur le corps comme elles peuvent être brûlées afin de bénéficier d’une odeur envoûtante et purifiante.

La posologie, c’est à dire le dosage et la fréquence de consommation, dépend de chaque plante et de chaque méthode d’utilisation.

Les précautions et contre-indications de la phytothérapie

Il peut arriver que des plantes soient toxiques si mal employées. C’est pourquoi l’EMA (Agence européenne du Médicament) contre-indique la consommation de certaines plantes médicinales aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 12 ans.

En fonction des problèmes de santé qu’un individu peut présenter, de ses antécédents et/ou du traitement médicamenteux qu’il suit, certaines plantes ne doivent pas être prises sous risque d’entraîner des complications de santé. La thérapie alternative qu’est la phytothérapie, bien qu’elle ne soit pas toujours considérée comme un traitement à part entière, ne doit pas interagir avec des médicaments de synthèse. Si tel est le cas, veillez à obtenir l’approbation de votre médecin en amont.

Certaines plantes médicinales peuvent être toxiques si mal employées :

Les plantes riches en tanins (chêne, fraisiers, châtaignier…) entraînent des problèmes gastriques si elles sont consommées trop fréquemment

Plusieurs variétés peuvent provoquer des allergies (plantes anémophiles)

Plusieurs variétés comme le Lycopode nécessitent une préparation avant d’être consommées. Autrement, elles présentent des risques d'intoxication.

Le mot de la fin sur les herboristes et la phytothérapie

La phytothérapie est, au-delà d’une forme de médecine traditionnelle, un domaine spécifique au sein duquel vous pouvez consulter des experts herboristes qui sauront vous aiguiller quant aux bonnes plantes à utiliser en fonction de votre problème.
Dorénavant, vous savez tout ce qu’il y a à savoir sur la phytothérapie et les herboristes. Et vous, seriez-vous prêt(e) à passer la médecine par les plantes ?

Nos articles conseillés

*
Chene - écorce coupée

Chene - écorce coupée

Herbonata
4,95 €

*
Desmodium - feuille coupée

Desmodium - feuille coupée

Herbonata
4,75 €

*
Thym Bio - feuille France

Thym Bio - feuille France

Herbonata
5,43 €

*
Frene Feuille qualité extra Bio - coupé

Frene Feuille qualité extra Bio - coupé

Herbonata
4,47 €