Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . Traiter les infections urinaires avec le thym

Traiter les infections urinaires avec le thym

Les bienfaits du thym sur les infections urinaires
Traiter les infections urinaires avec le thym

                               - Sommaire -

1. Les infections urinaires
2. Le thym pour traiter les infections urinaires
3. Consommer le thym pour profiter de ses bienfaits
4. Les autres remèdes naturels contre les infections urinaires

 

Le système urinaire, comme toutes les autres fonctions du corps, est parfois sujet à des pathologies du type infectieux. Appelées infections urinaires ou cystites, ces différentes contaminations des organes intervenant dans le processus de dépuration de l’organisme sont essentiellement causées par des entérobactéries, parmi lesquelles apparaît en premier l’escherichia coli. Mais des traitements naturels à base de thym notamment, permettent de les soulager plus ou moins rapidement. 

 

Les infections urinaires

Les infections urinaires sont un motif de consultation très courant en médecine générale. On considère qu’un tiers des femmes âgées de 24 ans ont eu au moins une infection urinaire au cours de leur vie. Et environ 2 à 3 % des femmes adultes contracteraient une infection urinaire récidivante chaque année.           

 

C’est quoi une infection urinaire ?

Une infection urinaire — aussi appelée cystite — est une contamination par un germe infectieux d’un ou plusieurs organes du système urinaire : les reins, les urètres, la vessie, l’urètre. Elle détient un faible taux de mortalité, mais représente un coût important en matière de morbidité et d’impact sur la susceptibilité des bactéries aux antibiotiques.     

Tout comme l’activité du foie, la fonction rénale assure le filtrage du sang et l’élimination des déchets de l’organisme sous forme d’urine. Elle stimule le flux de liquides lymphatiques contenus dans les tissus, combat la rétention d’eau et favorise la sécrétion de l’urine.

Plus concrètement, voici comment fonctionnent les structures fondamentales du système urinaire :

Les reins, situés à l’arrière de la paroi abdominale, filtrent le sang en y retirant les substances toxiques et sécrètent des déchets dans l’urine.Les urètres, mesurant 25 à 30 cm chez les adultes, acheminent l’urine des reins jusqu’à la vessie.La vessie, elle, est un réservoir pour les urines. L’urètre en assure l’évacuation hors du corps.

En raison des facteurs anatomiques, les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes par les infections urinaires. L’urètre masculin, 4 fois plus long que l’urètre féminin, complique en effet la remontée et la prolifération des bactéries dans la vessie ou dans les reins.

 

Les symptômes d’une infection urinaire

De façon générale, la cystite se manifeste par des :

 •  Afflictions ou sensations de brûlure au moment de la miction

 •  FièvresDouleurs abdominales

 •  Fréquente envie d’urinerUrines troubles, malodorantes, voire hémorragiques

 •  Pesanteur dans le bas-ventre

 

Cela étant dit, en fonction des germes incriminés et des organes contaminés, le retentissement de la maladie peut varier d’un patient à un autre.

Il existe 3 formes d’infection urinaire, suivant la localisation de la contamination :

 •  La cystite infectieuse. Elle se caractérise par la présence de la bactérie Escherichia coli dans les urines. Elle désigne une inflammation de la vessie et est habituellement causée par la multiplication des bactéries intestinales de forme Escherichia coli. Celles-ci, essentiellement concentrées au niveau de l’anus, traversent alors la région anale et vulvaire pour se retrouver au niveau de la vessie, en passant par l’urètre.

 •  L’urétrite infectieuse. C’est une forme de contamination qui touche exclusivement l’urètre : canal chargé de l’excrétion de l’urine. Elle attaque surtout les hommes et est communément provoquée par des IST à chlamydia ou à gonocoque.

 •  La pyélonéphrite. La pyélonéphrite est une pathologie plus grave. Il s’agit d’une inflammation du rein et du bassinet, due à une aggravation d’une cystite mal soignée ou non traitée, conduisant au passage des agents infectieux de la vessie aux reins. Elle se traduit par des symptômes plus graves, comme des frissons, fièvres élevées, vomissements, douleurs persistantes aux organes sexuels, dans l’abdomen ou le bas du dos, entrainant une altération de l’état de santé général du patient.

 

Ce qui peut provoquer une infection urinaire         

Liquide neutre, l’urine est normalement inoffensive pour le système urinaire. Elle est composée d’eau à 96 %, de composants organiques, de sels minéraux et des pigments biliaires responsables de son apparence jaunâtre.

En médecine traditionnelle, ce liquide sécrété à la suite du passage du sang dans les reins a longtemps été utilisé comme désinfectant naturel et reste employé par certains pour ses différentes propriétés.

 

Les structures fondamentales du système urinaire détiennent plusieurs moyens de défense naturels pour se prémunir des infections :

 •  Le ph acide de l’urine entrave le développement des agents pathogènes

 •  Le flux urinaire éjecte les micro-organismes infectieux

 •  L’urètre et sa surface lisse ralentissent l’entrée des bactéries dans la vessie et les reins

 •  Les substances antibactériennes ainsi que les cellules immunitaires présentent dans la paroi de la vessie constituent une puissante barrière

 •  La structure des uretères et de la vessie empêche l’ascension de l’urine vers les reins

 

Pour les causes, les infections urinaires sont souvent le résultat d’une invasion des agents infectieux qui, après avoir traversé les remparts naturels présentés ci-dessus, « assujettissent » le système urinaire et contrarient la fluidité du flux de l’urine. Cette dernière, désormais contaminée, devient alors la substance à analyser pour diagnostiquer une éventuelle infection urinaire, mais aussi déterminer le type du germe incriminé.

Il peut s’agir d’une bactérie intestinale Escherichia coli, responsable de 80 % des cas de ce type d’infection ; ou des staphylococcus saprophyticus, Proteus mirabilis, Klebsiella, etc., ou encore des infections sexuellement transmissibles : Chlamydiae, gonocoques.

 

À noter : la déshydratation du corps peut favoriser une invasion bactérienne. À ce titre, boire de l’eau régulièrement est un geste santé du quotidien qui vous aidera à éviter les désagréments tel que l’infection urinaire.

 

Les cystites représentent la deuxième cause des infections bactériennes et les résistances aux antibiotiques sont de plus en plus courantes, à en croire les nombreuses études réalisées à ce sujet.

Dans la prise en charge des infections urinaires, l’alternative par phytothérapie, constitue donc une solution naturelle à envisager pour éviter l’usage répété d’antibiotiques, particulièrement dans le cas des infections urinaires récidivantes.

 

Le thym pour traiter les infections urinaires

Le thym. Cette petite plante de la famille des Lamicées — connue et prisée depuis des siècles pour ses propriétés aromatiques et médicinales, est une véritable alliée santé pour le système urinaire.     

               

Les bienfaits du thym contre les infections urinaires       

Puissant antibactérien, antiseptique et antiviral naturel, le thym possède toutes les qualités nécessaires à la destruction des bactéries qui affectent les organes du système urinaire. Il contribue aux à leurs défenses naturelles, soutient le système immunitaire général de l’organisme.

Grâce à son pouvoir diurétique, le thym stimule la fonction rénale et facilite l’élimination des déchets contenus dans le corps. Il favorise l’évacuation d’eau et désengorge les parties adipeuses de la peau. Le drainage des liquides lymphatiques présents dans les tissus qu’il permet aide à expulser les agents pathogènes.     

En cas de cystite, il est ainsi recommandé de consommer régulièrement une infusion à base de feuilles séchées de thym (voir préparation, fréquences de consommation et posologie usuelle un peu plus bas).

 

Les autres bienfaits du thym

Autres vertus reconnues : la feuille de thym citronné est un traitement préventif et curatif contre les bronchites. Elle liquéfie les sécrétions bronchiques tout en désinfectant au passage la muqueuse des bronches. On la consomme très souvent en tisane.

Il est possible d’associer les feuilles de thym avec de la réglisse afin d’en booster les effets thérapeutiques, soutenir légèrement le système immunitaire, assurer une meilleure expectoration, calmer les quintes de toux, soulager les renflements au niveau des bronches.

Le thym peut aussi servir en gargarisme pour soigner — comme la sauge — une angine et désinfecter la gorge.

Outre son action antiseptique sur les voies respiratoires, la feuille de thym soulage efficacement les candidoses intestinales. En infusion digestive, elle stimule la digestion et augmente la sécrétion des sucs digestifs.

En conséquence : elle facilite l’expulsion des gaz intestinaux, diminue les ballonnements et décontracte les crispations douloureuses des organes de digestion.

Tonique psychique et physique, le thym lutte contre la fatigue nerveuse et le surmenage. Il stimule l’esprit et réduit la somnolence.

Lors de sa « démarche thérapeutique », le thym et ses constituants aromatiques sont ainsi assimilés par la muqueuse intestinale. Ils neutralisent les germes infectieux et les virus, agissent favorablement sur le système respiratoire et désencombrent les bronches et les sinus.

C’est aussi un puissant stimulant général. À envisager pendant les périodes de grand froid, les moments de convalescence, les états grippaux, les phares de fatigue ou de baisse de tonus.

 

Consommer le thym pour profiter de ses bienfaits  

Cette plante est préparée en phytothérapie et en herboristerie depuis des millénaires sous différentes formes

 

L’infusion de thym        

Le thym se prend en infusion facile et rapide à réaliser.

Ingrédients

20 g à 30 g par litre d’eau frémissante

 

Préparation

Verser de l’eau frémissante dans un récipient contenant des feuilles de thym. Laisser infuser 5 minutes à couvrir pour contenir les arômes; la boisson est prête !

Consommation

Oubliez les 2 à 3 tasses par jour et allez-y à fond !

La tisane de feuilles de thym se consomme avec persistance. Boire régulièrement dans la journée, toutes les 4 heures environ.

En suivant ce rythme, votre envie pathologique d’uriner en permanence sera refrénée, les douleurs au niveau du bas-ventre ne s’estomperont au même moment que les sensations de brûlure en urinant. Les bienfaits sur la digestion, la flore intestinale, les tonus physique et nerveux ne se feront pas non plus attendre.

 

Contre-indications : déconseillée en cas de grossesse ou d’allaitement.

 

L’huile essentielle de thym

Le thym existe également distillé en huile essentielle à thymol. Ce sont principalement ses constituants aromatiques, mais aussi ses substances actives qui sont extraites sous cette forme. 

Intégrée dans plusieurs préparations huileuses pour un effet synergique, l’huile essentielle de thym à thymol est contre-indiquée aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes. Sauf avis médical contraire, cette contre-indication est également valable pour les personnes asthmatiques ou sujettes à des troubles cardiaques.

En herboristerie et en aromathérapie, l’huile essentielle de thym de thymol est réputée pour ses vertus anti-infectieuses très puissantes, utilisées pour lutter contre les infections « têtues » et récurrentes du système urinaire et de la sphère ORL. 

 

Précaution d’emploi

L’huile essentielle de thym à thymol est dermocaustique, ce qui signifie qu’elle provoque des brûlures sur la peau.

Utilisée par voie externe, on l’applique toujours diluée à 5 % dans une huile végétale.

 

Exemple de préparation :

 •  Mélanger quelques gouttes d’huile essentielle de thym de thymol dans de l’huile d’amande douce

 •  Administrer cette préparation en massage sur le bas-ventre, 4 à 5 fois par jour, pendant 7 à 10 jours

 

Cette huile, très puissante, est à consommer à faible dose et sur une période relativement courte. Vous pouvez la tester pour savoir si vous en êtes allergique en appliquant une à deux gouttes de votre préparation au niveau du coude, 24 à 48 h avant de vous en servir.

 

Les autres remèdes naturels contre les infections urinaires

Il existe d’autres remèdes de grand-mère vraiment efficaces pour traiter une infection urinaire. Parmi eux, on distingue :

 •  La bruyère

 •  Le chiendent officinal

 •  La tisane confort Herbonata

 

La Bruyère, la plante de la sphère urinaire

En d’autres termes, elle augmente la production des urines et contribue à éclaircir les urines troubles et malodorantes. Par conséquent, elle convient parfaitement en cas de cystite, calculs rénaux et prostatite chez les hommes.

La bruyère exerce un effet anti-inflammatoire sur la muqueuse urinaire. Sédative de la fonction rénale, elle agit comme un relaxant naturel des tubes pour fluidifier le flux des urines.

Dans la littérature médicale, on retrouve les traces de cette indication thérapeutique. Cazin et Leclerc, deux médecins des années 1800 – 1900 déclarent avoir obtenu des résultats plus que satisfaisants avec la bruyère dans le traitement des infections urinaires.

 

Utilisation

Elle se prend surtout en tisane.

 

Ingrédients

30 g à 40 g de sommités fleuries séchées par litre d’eau bouillante.

 

Préparation

Versez votre bruyère dans une casserole d’eau préalablement chauffée et laissez reposer 5 à 10 minutes. Boire en plusieurs prises dans la journée, jusqu’à disparition des symptômes.

 

Précautions d’emploi

La tisane de bruyère est bien tolérée par le système digestif. Aucun effet indésirable ne lui est attribué dans le respect des doses thérapeutiques indiquées. Demandez conseil à votre médecin en cas de situation particulière. 

 

Le chiendent officinal pour les problèmes urinaires

Le chiendent officinal est le mal aimé des jardiniers et pourtant… ses bienfaits sur les voies urinaires sont remarquables. En effet, cette plante herbacée au nom atypique est un diurétique doux qui exerce une action adoucissante sur les organes du système urinaire.

Favorisant l’évacuation de l’urine, il facilite l’éjection des déchets excrétés par les reins tout en contribuant à soulager les douleurs liées à une infection urinaire. On lui attribue également un rôle dans le traitement des troubles rénaux et hépatiques.

 

Utilisation

Ce sont surtout les rhizomes vivaces de la plante qui sont utilisés en herboristerie.

Pour une décoction :

Verser une poignée de rhizomes de chiendent officinal dans de l’eau et porter à ébullitionLaisser bouillir 15 minutes et verser la préparation ainsi obtenue en conservant les tiges souterraines bouillies  Rajouter de l’eau et porter de nouveau à ébullitionPatienter 15 minutes et enlever du feuLa décoction est prête !À boire à chaud ou à froid, 3 fois par jour après les repas, pendant 15 jours.

Cette double préparation permet d’atténuer le goût âcre de cette décoction. Vous pouvez y ajouter, si vous le souhaitez, d’autres plantes médicinales aux effets diurétiques tels que les queues de cerise ou les feuilles de frêne.

 

Contre-indications. Le chiendent est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux personnes souffrant d’une allergie connue aux plantes de famille des Poaceae ou Gramineae. Le respect des doses thérapeutiques et des fréquences de consommation usuelles est vivement recommandé.

 

La tisane confort urinaire Herbonata

La tisane confort Herbonata est une composition synergique formulée à base de plantes médicinales réputées en herboristerie et en phytothérapie pour leurs intérêts thérapeutiques dans le traitement des infections urinaires.

La bruyère, comme vous le savez, est un remède ancestral aux qualités diurétiques et antiseptiques de l’urine. Elle calme les inflammations de la vessie, favorise la sécrétion urinaire.

La busserole, elle, est une herbe médicinale de référence en matière de thérapie des cystites. Le docteur de campagne Cazin, en activité dans les années 1800, expliquait qu’il utilisait la bruyère pour cette indication thérapeutique parce que la busserole ne poussait pas dans sa région d’affectation. Elle soutient la fonction de la vessie et maintient le flot urinaire.

La guimauve, pour sa part, apporte un effet antibactérien. Elle est renforcée par le serpolet, qui est lui aussi un diurétique reconnu pour prévenir les infections urinaires et soutenir la fonction excrétrice des reins.

 

Comment consommer la tisane Problèmes urinaires ?  

En usage interne — infusion :

Verser 1 cuillère à soupe rase de plantes par 250 ml bouillanteLaisser infuser 15 minutes à couvertBoire 3 à 4 tasses par jour pour calmer les symptômesPrendre 1 tasse par jour en prévention, chez la femme comme chez l’hommeCette infusion se boit selon les convenances chaude ou froide, avant ou entre les repasNe pas excéder une durée de médication de plus de deux semaines consécutives.

 

Contre-indications. La tisane Problèmes urinaires est proscrite aux femmes enceintes ou allaitantes. Cela vaut aussi pour les personnes souffrant de maux d’estomac.  

 

 

Le mot de la fin sur le thym et les infections urinaires

Si les infections urinaires sont communément traitées avec des antibiotiques, plusieurs alternatives naturelles permettent de les soigner ou d’en calmer les symptômes avant la prise d’un rendez-vous chez un médecin. Parmi elles, le thym.

Bien connue pour ses propriétés antibactériennes, antivirales et antiseptiques puissantes, cette plante aromatique est une alliée du système génito-urinaire, digestif et respiratoire.

En phytothérapie et en herboristerie, on utilise aussi le thym pour inhiber le développement des bactéries responsables de la cystite et qui prolifèrent au niveau des parois de la vessie, de l’urètre ou des reins. 

Parmi les plantes renfermant des qualités digestives, le thym est réputé pour débarrasser la flore intestinale de certains agents infectieux.

Ses vertus tonifiantes en font un remède traditionnel efficace contre les états de fatigue physique ou psychique, les grippes, les refroidissements et les rhumes.   

Nos articles conseillés

*
Chiendent officinal rhizome Bio - coupé

Chiendent officinal rhizome Bio - coupé

Herbonata
4,95 €

*
Bruyère (callune) Bio - fleur

Bruyère (callune) Bio - fleur

Herbonata
5,90 €

*
Huile essentielle Thym à thujanol Bio - 2 ml

Huile essentielle Thym à thujanol Bio - 2 ml

Herbes et traditions
9,99 €

*
Thym citron Bio - feuille entière France

Thym citron Bio - feuille entière France

Herbonata
4,80 €

*
Thym Bio - feuille France

Thym Bio - feuille France

Herbonata
5,43 €