Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . L’herboristerie dans le monde

L’herboristerie dans le monde

La phytothérapie dans les différentes cultures
L’herboristerie dans le monde

L’herboristerie est un art qui, il y a encore quelques années, était voué à la perdition. Cependant, suite à un regain de popularité de la phytothérapie et une perte de confiance en la médecine moderne et les complications qu’elle peut entraîner, la médecine par les plantes est de plus en plus employée.

Qu’est-ce que l’herboristerie ? Quelles sont les différentes écoles d’herboristerie qui existent ? Qu’en est-il de l’herboristerie en ligne ?

Présentation de l'herboristerie  

L’utilisation de plantes aromatiques et médicinales en vue de soigner et soulager des maux remonte à plusieurs millénaires. Fortement liée à la phytothérapie, l’herboristerie est un art ancestral qui date de l’antiquité.

Phytothérapeute, naturopathe, herboriste...toutes ces professions utilisent les plantes et leurs vertus pour soigner les patients. Mais qu’est-ce que l’herboristerie ?

L'herboristerie c'est quoi ?

L’herboristerie se définit comme la manipulation et l’utilisation des plantes à des fins thérapeutiques. Biomédecine, elle nécessite une connaissance parfaite des végétaux et a donné naissance à un métier qui fût officiellement reconnu en 1803 : le métier d’herboriste.

Par métonymie, l’herboristerie désigne la boutique au sein de laquelle sont vendues les plantes en vrac. Toutefois, l’herboristerie c’est, avant tout, une science qui étudie l’herbologie et les vertus thérapeutiques des végétaux.

Le premier texte connu relatant le principe de cette médecine douce remonte à l’époque Mésopotamienne soit près de 3000 av. J.-C.

Au fil des siècles, la préparation et la commercialisation de remèdes à base de plantes se sont démocratisées et à partir du Moyen-Âge, plusieurs écoles sont apparues :

  • Les herbiers ou herboristes : c’est la médecine la plus accessible à l’époque. Elle se base sur l’utilisation de plantes séchées.
  • Les apothicaires : à partir du 19è siècle, ils deviendront les pharmaciens que l’on connaît aujourd’hui. Ils fabriquent et vendent des remèdes naturels plus complexes.
  • Les médecins : ils utilisent eux aussi les plantes sauvages à des fins médicinales et leur médecine s’inspire de la théorie des signatures de Paracelse.

De nos jours, l’herboristerie fait un retour fracassant dans le monde contemporain et chaque année, de nouvelles personnes s’orientent vers la phytothérapie. Grâce aux évolutions de la science, la médecine par les herbes médicinales a de quoi séduire. Des “simples” à la pharmacopée moderne, les soins “naturels” par les plantes ont toujours eu un rôle dans l’univers pharmaceutique.

Preuve de son regain de popularité, les cultures de PPAM (Plantes à parfum, aromatiques et médicinales) en France ont augmenté de près de 40% depuis 2010 ! Désormais, l’herboristerie est de plus en plus considérée comme une alternative aux médicaments de synthèse intéressante.

L'histoire de l'herboristerie en France

L’histoire de l’herboristerie en France date du Moyen-Age. Toutefois, c’est à partir du 19ème siècle que les premières mesures sont prises afin d’encadrer le statut d’herboriste.

Au début de ce siècle, un groupe d’herboriste réclame une officialisation de leur statut. Ne voulant plus être dépendant des apothicaires chargés de les “former”, ils souhaitent une autonomie complète et veulent que l’herboriste soit reconnu comme une profession à part entière. Dans cette dynamique, la loi du 21 Germinal An XI est promulguée le 11 avril 1803.

Cette loi est historique puisqu’elle est la première à traiter pleinement des problématiques pharmaceutiques. Élaborée par Fourcroy, un chimiste renommé, elle encadre la profession d’herboriste et autorise ce dernier à délivrer des plantes médicinales et posséder un certificat.

« Nul ne pourra vendre, à l'avenir, des plantes ou des parties de plantes médicinales indigènes, fraîches ou sèches, ni exercer la profession d'herboriste, sans avoir subi auparavant, dans une des écoles de pharmacie, ou par-devant un jury de médecine, un examen qui prouve qu'il connaît exactement les plantes médicinales, et sans avoir payé une rétribution qui ne pourra excéder cinquante francs à Paris, et trente francs dans les autres départements, pour les frais de cet examen. Il sera délivré aux herboristes un certificat d'examen par l'école ou le jury par lequel ils seront examinés ; et ce certificat devra être enregistré à la municipalité du lieu où ils s'établiront. » - Article 37 de la loi du 21 Germinal XI

Suite à ce renouveau, le nombre de professionnels de la médecine par les plantes augmente rapidement. Alors que, dans Paris et ses alentours, il n’y en avait que 204 en 1805, on en compte plus du double en 1860.

Malheureusement, l’herboristerie reste encline à de nombreuses critiques de la part de scientifiques et politiciens qui critiquent ce domaine paradoxal à la médecine moderne basée sur la science contemporaine.

1941 marque le tournant d’une ère. Le 11 septembre de cette année, le certificat d’herboriste et la profession (sur un plan légal) sont supprimés. Dès lors, la vente de plantes à des fins thérapeutiques est cédée aux pharmaciens qui détiennent le monopole pharmaceutique.

Aujourd’hui, on compte près d’une centaine d’herboristes qui exercent sans cadre légal officiel. Alors que nos pays voisins disposent d’une législation qui continue d’encadrer la profession, la France, bien que disposant d’un savoir-faire ethnobotanique important, n’a toujours pas daigné officialiser de nouveau le métier d’herboriste.

L'herboristerie à travers le monde

Avant que les pratiques liées à l’herboristerie n’arrivent en France, d’autres régions du monde avaient déjà bien cerné les bénéfices qui pouvaient être tirés de certaines plantes aux vertus bénéfiques pour la santé.

En huile essentielle, en tisane, en infusions ou décoctions, en gélules ou en teinture, l’utilisation des plantes aromatiques médicinales varie en fonction des cultures et des formes de médecines douces.

La médecine traditionnelle chinoise

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est un ensemble de théorie et de pratiques portant sur l’humain et sa santé.

Au-delà d’être une simple forme de médecine, elle se base sur un état d’esprit. Les philosophies orientales estiment que le monde est inter-relié.

Le système de soin de la MTC tourne autour de l’énergie vitale, le “Qi”. Cette médecine holistique cherche à maintenir une harmonie des énergies entre le corps et le monde qui l’entoure (minéraux, animaux, plantes…)

Le Yin et le Yang, deux termes que vous connaissez probablement prennent leur source dans ce concept. Ce symbole qui fait partie intégrante de la philosophie chinoise doit, selon la médecine traditionnelle, être parfaitement équilibré. Pour ce faire, cette dernière utilise 5 outils :

  • L’acupuncture
  • La diététique chinoise
  • Les exercices énergétiques (Qi Gong et Tai-Chi)
  • Les massages
  • La pharmacopée

Sur un plan botanique, le Shennong Bencao Jing est l’ouvrage de référence en la matière. Ce Materia Medica décrit des centaines de préparations à base de produits naturels. On y retrouve des recettes à base d’herbes chinoises, mais aussi à base de drogues végétales, animales et minérales.

Tout comme les autres techniques de la MTC, le recours aux plantes est un moyen d’harmoniser le corps et l’esprit.

La médecine traditionnelle chinoise est orientée sur la prévention et les consultations sont sur-mesure. Cette forme médicinale a pour objectif d’entretenir l’équilibre de l’individu et soigner divers problèmes de santé (fièvre, toux, rhume, troubles cutanés, problèmes digestifs ou neurologiques...Le champ d’application est vaste.

En Asie, la médecine traditionnelle est encore grandement employée et connaît même un certain succès ces dernières années. Au Laos notamment, la grande majorité des soins effectués sont issus de la MTC !

La médecine ayurvédique

La médecine ayurvédique est, comme la médecine traditionnelle chinoise, une médecine holistique. Il s’agirait même de la plus ancienne forme connue à ce jour !

Cette médecine aurait été créée il y a plus de 5000 ans. Théorisée par les Rishis (les sages de l’Inde) l’étymologie de la médecine ayurvédique viendrait du sanskrit “ayur” pour désigner “la vie” et “veda” qui signifie la science. Autrement dit, le terme ayurveda voudrait dire “connaissance de la vie”.

Aux yeux de l’OMS, l’ayurvéda est, comme la MTC, un système de médecine traditionnelle complet.

Son principe se base sur les cinq éléments que sont :

  • la terre
  • l’eau
  • le feu
  • l’air
  • l’éther (l’espace)

Ici aussi on retrouve une notion d’équilibre. Chaque individu est constitué de 3 humeurs biologiques : le dosha pitta, le dosha kapha et le dosha vata. Pour qu’un humain soit en bonne santé, il faut que ces 3 doshas soient parfaitement équilibrés. Pour ce faire, plusieurs techniques sont employées :

  • La diététique ayurvédique
  • Les massages ayurvédiques
  • Les thérapies par le son
  • Les pierres précieuses (lithothérapie)
  • Les exercices de relaxation (yoga, respiration et méditation)
  • La phytothérapie
  • L’aromathérapie

En Inde, la médecine traditionnelle continue d’être employée un peu partout à travers le pays. Il existe de nombreux centres spécialisés qui offrent d’excellents résultats face à divers problèmes de santé comme le diabète, les insomnies ou les rhumatismes ou les problèmes urinaires.

Selon l’ayurvéda, c’est l’organisme qui doit effectuer le travail de réparation à l’aide de ses propres ressources. Les techniques citées ci-dessus sont présentes uniquement pour l’accompagner et l’aider à se rééquilibrer naturellement.

Les Kallawaya des Andes

À l’autre bout du monde, l’herboristerie n’est pas en reste puisque d’autres peuples emploient les plantes dans une logique thérapeutique. C’est le cas des Kallawaya, une population andine reconnue comme étant un peuple de guérisseurs itinérants.

Le nom de cette population reflète bien son rôle puisqu’il signifie “pays des médecins”. Aussi appelés “Gitans des Andes”, les Kallawayas sont des voyageurs énigmatiques qui ont toujours utilisé la médecine à base de plantes. Véritables spécialistes des préparations médicinales, ils sont à l’origine d’une des nombreuses formes de médecines naturelles qui existent sur terre.

La réputation des Kallawayas n’est plus à faire. Il y a déjà plusieurs siècles, le peuple inca faisait appel à eux. Véritables maîtres herboristes, les Kallawayas détiennent un savoir-faire ancestral et savent utiliser les plantes comme personne ne sait le faire.

Aujourd’hui, il ne reste plus qu’une cinquantaine de Kallawayas doté de l’expertise des générations révolues. L’usage des plantes médicinales par les Kallawayas a toujours su servir aux populations locales :

Lors de la construction du canal de Panama, les Kallawayas ont été d’une précieuse aide pour soigner les ouvriers atteints de paludisme

Pendant la guerre du Chaco (1932 - 1935), de nombreux Kallawayas sont intervenus pour venir en aide aux blessés.

L'herboristerie en ligne, la nouvelle herboristerie

L’avènement d’internet a permis de modifier les échanges à travers le monde. Désormais, 61% de la population mondiale utilise internet et le digital s’est imposé comme un nouveau de mode de consommation qui tend à devenir le canal d’achat majeur dans les décennies à venir.

Le domaine de l’herboristerie a su tirer profit et a su s’adapter à ces changements. Dorénavant, vous pouvez acheter les plantes qu’il vous faut dans une officinale en ligne. Menthe, Verveine, Pissenlit, Camomille...les herboristeries en ligne proposent un large éventail de produits de phytothérapie et vous pouvez recevoir votre sachet de plantes fraîches en moins d’une semaine.

Afin de vous assurer de bénéficier de plantes de qualité, il est conseillé de vous orienter sur des herboristeries qui disposent de labels. C’est un véritable gage de qualité et de professionnalisme.

L’herboristerie Herbonata dispose des labels suivants :

  • Demeter : l’ensemble des produits à base de plantes que nous vendons sont issus d’une agriculture biodynamique respectueuse de l’environnement.
  • Cosmébio : les cosmétiques que nous commercialisons sont 100% naturels et bio.
  • Cruelty Free : chez Herbonata, nous prohibons la maltraitance animale. La totalité de notre catalogue est constitué de produits n’ayant pas été testés sur des animaux.
  • Vegan : vous ne trouverez jamais de substance animale (exemple : gélatine) dans les produits herbonata.

Si vous souhaitez exploiter une plante naturelle pour bénéficier de ses vertus médicinales, notre site, en plus de vous proposer une livraison rapide (expédition 24h), met à votre disposition des produits de qualité issus d’une agriculture biologique et respectueuse de l’environnement :

  • Plantes médicinales
  • Produits de la ruche
  • Compléments alimentaires
  • Cosmétiques naturels
  • Huiles essentielles
  • Etc.

Fondée en 2017, Herbonata occupe déjà une place importante sur le marché de l’herboristerie en ligne et s’illustre comme une boutique de ventes de produits de phytothérapie haut-de gamme.

Le mot de la fin sur l'herboristerie dans le monde

L’herboristerie se sert des principes actifs des végétaux pour préparer des remèdes à vocation thérapeutique. La liste des vertus thérapeutiques est longue. Voici une liste non exhaustive des propriétés que peut avoir une plante médicinale :

  • anti-inflammatoires
  • toniques
  • digestives
  • détox
  • diurétiques
  • immunitaire
  • respiratoires

Médecine ancestrale, l’humain a toujours fait appel aux plantes pour se soigner. Cette médecine traditionnelle a donné lieu à la création d’un statut puis d’une profession : celle d’herboriste.

Utiliser des plantes pour se soigner est tout à fait légitime et est de plus en plus courant. Selon une étude menée en France, près de la moitié des sondés disaient avoir déjà essayé la médecine par les plantes !

Nos articles conseillés