Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . Les multiples bienfaits de l’oignon

Les multiples bienfaits de l’oignon

L'oignon et ses nombreuses propriétés pour la santé
Les multiples bienfaits de l’oignon

Connaissez-vous vraiment l’oignon ? Ce banal condiment du quotidien — connu pour faire pleurer ceux qui le coupent — est utilisé depuis des siècles pour ses nombreuses vertus phytothérapeutiques.

Appartenant à la grande famille des alliacées, tout comme l’ail, il est notamment indiqué en cas d’insuffisance rénale et comme traitement préventif contre les maladies cardiovasculaires.

Découvrez dès maintenant les multiples bienfaits de l’oignon sur la santé.

Présentation de l’oignon

L’oignon est une plante condimentaire originaire d’Asie. Il se décompose en plusieurs variétés dont certaines sont particulièrement riches en flavonoïdes, un principe actif qui lui confère de puissantes vertus antioxydantes.

Histoire et utilisation traditionnelle de l’oignon

En tant qu’aromate universel, l’oignon est utilisé depuis la nuit des temps dans toutes les régions du monde, appliqué en phytothérapie, en parfumerie et surtout en cuisine. Les traces de son parcours historique sont encore perceptibles aujourd’hui.

Selon certaines sources, cette plante aromatique et médicinale serait l’un des premiers légumes à avoir été cultivé. On en retrouve les traces dans des textes bibliques datant de 1 500 ans avant notre ère et dans des manuscrits d’Égypte antique vieux de plus de 4 000 ans. La légende raconte que, durant leurs pérégrinations, les Hébreux regrettaient l’absence de l’oignon, au même titre que celle du poireau et de l’ail.

Le peuple du Nil représentait la culture de l’oignon sur les décorations des pierres tombales de l’époque. Car ce légume était pour eux une offrande religieuse devant être placée auprès des morts et sur des autels.

En raison de sa croissance et de sa reproduction qui s’effectuent à la verticale, l’oignon symbolisait, dans certaines cultures, la résurrection solaire. Les Siciliens du Xe siècle le cultivaient et l’appréciaient surtout pour ses qualités gustatives.

En Europe, bien que certaines variétés d’oignons fussent déjà cultivées au IXe siècle, ce n’est qu’à partir du Moyen Âge qu’il y devint réellement populaire. Son périple planétaire le conduira ensuite en Amérique, introduit dans les Caraïbes par Christophe Colomb.

Du côté de la Rome et de la Grèce, de nombreuses variétés d’oignon étaient cultivées depuis la période moyenâgeuse. On rapporte que les Romains lui consacraient même des cepinaes ou jardins particuliers.

Tout comme l’ail, on prêtait des vertus antioxydantes et antiseptiques à l’oignon. C’était un désinfectant intestinal naturel, aussi recommandé en herboristerie comme cataplasme en cas de panaris ou simplement comme légume en cas de scorbut et de rhumatisme.

Tout le long de son périple dans l’histoire, l’oignon se sera adapté à différents climats et modes de culture locale, de même qu’aux spécialités culinaires du terroir.

Le terme vernaculaire « ognon » serait apparu dans la langue française dès 1273 et sa forme actuelle, « oignon », aurait quant à elle été adoptée au XIVe siècle. Il serait issu du latin populaire « unionem », accusatif de « unio », qu’on rattache à « unus » ou « un », parce que l’oignon possède un bulbe unique, à la différence de l’ail.

Ce légume a donné naissance à plusieurs expressions françaises, telles que « Être aux petits oignons » et « S’occuper de ses oignons ». La dernière pourrait être la version française de « know your onions », une locution apparut récemment, dans les années 1920, aux États-Unis. Elle faisait allusion au fait que les différentes variétés d’oignon que l’on produisait à l’époque changeaient de nom en fonction la région où elles se retrouvaient, une adaptation culturelle qui rendait toute tentative d’identification laborieuse.

Ainsi, contrairement au sens qu’elle a aujourd’hui, l’expression « S’occuper de ses oignons » signifiait jadis « connaitre les variétés d’oignons qui étaient cultivées dans son terroir » et par extension « bien maîtriser son sujet ».

L’expression « Se mettre en rang d’oignons » ne faisait pas, pour sa part, référence aux rangées d’oignons. Mais plutôt au maître de cérémonie à la cour des Valois, le baron d’Oignon, qui avait pris l’habitude de crier : « Messieurs, serrez vos rangs », lorsqu’il attribuait leurs sièges aux seigneurs. Entre eux, ceux-ci plaisantaient alors sur les rangs d’Oignon.

De nos jours, l’oignon reste un agent de santé indéniable. Son cercle d’action est assez large. Allant de la prévention des accidents cardiovasculaires à la thérapeutique des dommages causés à l’organisme par les radicaux libres.

Description botanique de l’oignon (Allium cepa)

L’oignon (allium cepa) est une espèce de plante herbacée — 60 à 100 cm de haut, à bulbe comestible et aux racines superficielles. Bien que son ancêtre sauvage n’ait jamais été identifié, son premier centre de domestication aurait été trouvé dans le Sud-ouest asiatique, plus précisément dans la région du Baloutchistan.

L'oignon affectionne les climats doux et peu humides. Suivant les variétés et les facteurs environnementaux, il a une saveur plus ou moins âcre et une odeur forte. Sa saveur et son odeur perdent en intensité avec l’importance de sa poids. Donc, plus un oignon est un gros, moins il est odorant et âcre.

Il existe plusieurs centaines de variétés ou d’échantillons d’oignon, des plus douces aux plus chargées. Elles sont produites aujourd’hui dans toutes les régions tempérées du monde et des essais agraires sont actuellement menés afin de viabiliser leurs cultures dans les régions semi-désertiques.

Les principaux pays producteurs d’oignons dans le globe sont la Chine, les États-Unis et l’Inde. En France, ses graines sont semées au printemps et l’on y trouve des variétés de couleur jaune, rouge ou blanc, avec des tailles tout aussi variables et des formes sphériques ou légèrement aplaties.

Le terme « oignon » désigne également son bulbe qui est utilisé à la fois comme légume et comme aromate. Il est vivace et se compose de plusieurs bases rendues épaisses par des feuilles vertes enveloppées les unes dans les autres, cylindriques et creuses.

Il est à noter que les plantes du genre Allium appartenaient autrefois à la famille des liliacées. Selon la nouvelle nomenclature botanique, elles sont désormais classées dans la famille des alliacées. Même s’il n’est pas rare que la confusion soit encore faite. Toutes les sources d’informations n’ayant pas encore été actualisées.

Les bienfaits thérapeutiques de l’oignon

Outre le fait de relever le goût de la majeure partie de vos plats, l’oignon est un aliment aux propriétés médicinales insoupçonnées. À la fois bon pour votre santé cardiaque et pour celle de votre peau.

L’oignon riche en flavonoïdes

C’est sans doute l’une de ses principales vertus médicinales : l’oignon est un puissant antioxydant, une qualité qu’il doit en partie à sa forte concentration en flavonoïdes et en composés sulfurés.

La quercétine, un flavonoïde dont il est suffisamment doté, lui permet de lutter de façon efficace contre les attaques des radicaux libres et d’ainsi protéger les cellules du corps.

L’oignon serait par conséquent un aliment efficace pour prémunir l’organisme des cancers, des affections cardiovasculaires et des maladies chroniques apparaissant avec l’âge.

Les preuves de son efficacité dans ces indications thérapeutiques ont d’ailleurs été apportées par des études réalisées in vitro et chez des animaux. Elles ont en effet constaté un effet inhibiteur des extraits d’oignons sur le processus de mutation des cellules qui débouche sur un cancer et sur la prolifération des cellules cancéreuses.

Du côté du système cardiovasculaire, l’oignon contribue à faire diminuer l’agrégation des plaquettes ou viscosité sanguine et stimule l’activité antioxydante du sang. Permettant ainsi de limiter les risques d’accident cardiaque ou thromboses.

Ces bienfaits de l’oignon ont également été confirmés par des études plus larges, visant à démonter qu’une consommation régulière des plantes de la famille des alliacées :

  • Ail
  • Oignon
  • Ciboulette
  • Poireau
  • Échalote
  • etc.

Permettait de se prémunir de certains types de cancers.

S’ajoute à celles-ci une synthèse d’études épidémiologiques réalisées en Suisse et en Italie, indiquant qu’un apport de sept portions d’oignon par semaine permettait de diminuer les risques de développer un cancer des ovaires, du larynx et du côlon.

L’oignon est définitivement un légume potentiellement anti-cancérigène. Les bienfaits de l’oignon sur la prostate concernent également un risque plus faible de développer ce cancer.

Note : les composés antioxydants de l’oignon se cachent principalement dans ses couches externes. Les variétés jaunes et rouges sont celles qui en possèdent le plus. Mais les oignons blancs ou pâles ne sont pas à éviter pour autant. Vous pouvez associer à la consommation de l’oignon celle des pommes et du thé pour avoir plus d’apports en quercétine.

Le pouvoir diurétique de l’oignon

En plus de son pouvoir antioxydant, l’oignon est réputé en herboristerie pour ses vertus décongestionnantes. Ce qui en fait une solution naturelle particulièrement indiquée en cas d’insuffisance rénale. Son effet diurétique agit favorablement sur les calculs rénaux et facilite l’élimination de l’urée et du chlorure de sodium.

L’oignon et ses bienfaits sont également bénéfiques pour les personnes sujettes à une hypertension artérielle ou des rhumatismes. Il augmente la sécrétion urinaire, lutte contre la rétention d’eau et soulage certains œdèmes.

Les bienfaits diurétiques de l’oignon sont aussi utilisés pour traiter l’insuffisance cardiaque et l’hyperkaliémie.

Consommer ce légume est donc un bon moyen de démarrer le processus de nettoyage du corps, d’optimiser le flux d’eau dans ce dernier, afin d’éviter son accumulation dans certains tissus.

L’action anti-infectieuse et protectrice de l’oignon

L’oignon est un puissant anti-infectieux naturel, utile pour traiter les infections respiratoires ou pulmonaires. Par ailleurs, sa forte teneur en vitamine C lui attribue des propriétés :

  • Antifongiques
  • Antibiotiques
  • Antiparasitaires
  • Antiallergiques
  • Antiinflammatoires
  • Antibactériennes

Le rôle de la vitamine C dans l’organisme consiste aussi à contribuer au métabolisme du fer contenu dans les végétaux. Elle accélère la cicatrisation. Participe à la santé des gencives, des dents, des os et des cartilages.

L’oignon collabore au bon fonctionnement du système immunitaire et à la fabrication des neurotransmetteurs. Il intervient dans la production des globules rouges tout en permettant à ces derniers de transporter plus d’oxygène. Il participe enfin à la formation de bon nombre de composantes des cellules nerveuses.

Faciliter la digestion avec l’oignon

Parce qu’il est riche en vitamine B6, l’oignon favorise la digestion. La vitamine B6, autrement nommée pyridoxine, contribue en effet à l’assimilation des protéines et des lipides, ainsi qu’à la synthèse des acides gras.

L’oignon est également riche en saponines, une substance active qui lui confère des propriétés hypoglycémiantes et hypocholestérolémiantes : capacité de faire diminuer le taux de glucose et de cholestérol dans le sang. Deux actions qui permettent d’associer une consommation régulière de l’oignon à un plus faible risque de diabète et de crises cardiovasculaires.

De plus, il est maintenant établi que la quercétine, dont l’oignon en regorge, a un effet protecteur contre l’oxydation du LDL-cholestérol, considéré comme « mauvais ». D’où un apport élevé d’oignon pourrait diminuer les risques de pathologies coronariennes.

L’oignon améliore enfin la qualité de la flore intestinale et stimule l’appétit. Carminatif, il lutte contre les flatulences et combat les problèmes de constipation.

Comment profiter des bienfaits de l’oignon

Tout comme l’ail, le basilic ou le persil, l’oignon se consomme cru ou cuit ! Cependant, ses vertus thérapeutiques seront plus accentuées sous une forme que sous une autre.

Une utilisation crue de l’oignon

L'oignon se mange bien souvent cru, avec de la charcuterie, dans des salades ou des hamburgers. Le faisant, ce sont ses propriétés diurétiques qui sont mises en avant. Mais une dose importante en est nécessaire pour avoir de l’efficacité : environ 1 oignon par jour.

À moins que vous appréciiez son goût plutôt chargé et l’haleine qui en résulte, vous pouvez cuisiner votre oignon sous forme de crudité pour avoir une meilleure saveur en bouche.

Pour cela, posez vos tranches d’oignons sur du sel pendant une heure afin de les dégorger. Rincez. Égouttez. Ajoutez des feuilles d’aneth finement coupées et servez.

Une autre recette, tout aussi appétissante, à adopter pour profiter des bienfaits de l’oignon cru consiste à émincer un oignon doux dans de l’eau glacée. Laisser tremper 15 minutes. Égoutter. Sécher et saler. Ajouter de la poudre de sumac et du persil haché. Laisser reposer une quinzaine de minutes. Servir !

Les rondelles d’oignons peuvent également être servies avec des tranches de tomates, agrémentées de feta et d’olives noires. Selon les envies, on les garnira avec du basilic et on les arrosera d’un filet d’huile. Cette salade, facile à réaliser, se sert généralement sur des feuilles de laitue ou accompagnée de tranches d’oranges pelées. On ajoutera, selon les convenances, de la vinaigrette et des feuilles d’endive.

Enfin, pour profiter des bienfaits de l’oignon cru, préparer un vin d’oignon est aussi une bonne façon de procéder. À cette fin, vous aurez besoin de 300 g d’oignons à mélanger avec 100 g de miel et 600 g de vin blanc léger. Prendre jusqu’à 3 cuillères par jour.

La teinture d’oignon

Les bienfaits de l’oignon sont mieux captés dans sa teinture.

Ingrédients

  • 500 g d’oignons
  • 1 L d’eau
  • 400 g de sucre
  • 50 g de miel

Préparation

Commencez par hacher vos oignons dans une casserole potable. Ajoutez grossièrement l’eau, le sucre et le miel. Laissez cuire à feu doux 3 heures. Stérilisez un bocal ou une bouteille en le faisant bouillir dans de l’eau avec son couvercle. Versez votre teinture bouillante dans le contenant ainsi stérilisé et fermez hermétiquement. Gardez à l’abri dans un endroit sec.

Consommation

Prendre une cuillère à café 3 à 5 par jour en cas de toux de forte et utiliser diluée dans de l’eau pour désinfecter une blessure ou une brûlure.

Note : la teinture d’oignon ne se conserve pas très longtemps (1 à 3 jours seulement). Gardez-la au réfrigérateur dès la première ouverture de son contenant.

Consommer l’oignon cuit

Pour ne rien vous apprendre, l’oignon, bien que consommable sous sa forme brute, se consomme également cuit.

De cette façon, il agit principalement contre la toux et les problèmes de constipation. Vous pouvez évidemment apprécier ses qualités aromatiques dans vos différents plats du quotidien ou préparer une spéciale soupe gratinée à base d’oignon.

Au cas où cette dernière alternative vous tenterait, vous aurez alors besoin de faire revenir des tranches d’oignons finement coupées dans du beurre. Une fois qu’elles sont devenues bien brunes, enlevez du feu et ajoutez du bouillon de poulet ou de bœuf. Laissez cuire au four 30 minutes. Ajoutez des morceaux de pain grillé et parsemez de fromage parmesan préalablement râpé. Passez de nouveau au four 5 à 10 minutes. Ajoutez une goutte de sherry ou de cognac si vous le souhaitez. C’est prêt ! Vous pouvez passer à table.

À défaut de la soupe à l’oignon, le sauté d’oignon n’est pas mal non plus. En effet, au-delà de ses qualités gustatives, plusieurs études ont démontré que le fait de sauter l’oignon ou de le cuire au four augmentait sa teneur en quercétine et améliorait par ricochet ses propriétés antioxydantes. Contrairement à l’oignon cuit dans un pot ou feu ou dans une soupe, qui, lui, perdait une bonne part de sa concentration en flavonoïdes.

Qu’est-ce qui explique ce changement ? C’est tout simplement parce que le supplément d’eau ajouté aux tranches d’oignon agit comme un diluant. Chose qui réduit son activité antioxydante. D’où il est recommandé de privilégier la forme crue ou grillée de l’oignon.

L’utilisation externe d’oignon

Cru ou cuit, l’oignon s’utilise aussi en externe pour profiter de ses vertus dermatologiques et capillaires.

Soin de cheveux. Les phytothérapeutes reconnaissent au jus d’oignon des propriétés stimulantes et dégraissantes. Une application de cet élixir sur le cuir chevelu permet ainsi de l’assainir tout en stimulant la croissance des cheveux. C’est un traitement naturel qui nourrit la base capillaire tout en profondeur et renforce les qualités structurelles du cheveu. D’ailleurs, une étude menée sur les bienfaits de l’oignon pour les cheveux a permis de démontrer qu’en l’appliquant 2 fois par jour, et ce pendant 2 mois, il combattait l’alopécie ou pelade.

Soin cutané. Par ses propriétés antiseptiques et antiinflammatoires, l’oignon désinfecte les plaies et arrête les saignements des blessures. Il suffit de faire cuire sa peau transparente et l’appliquer en compresse sur les parties du corps endommagées.

Les bienfaits de l’oignon cru sont par ailleurs bénéfiques en cas de piqures d’insectes. Une tranche de cet aliment permet d’aseptiser la surface à traiter et calme la douleur.

Précautions d’emploi et contre-indications liées à l’oignon

Si les bienfaits de l’oignon sont connus en herboristerie, ses contre-indications et ses précautions d’emploi le sont tout autant !

En effet, cet aliment est déconseillé — par précaution — aux personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable.

Le syndrome de l’intestin irritable : qu’est-ce que c’est ? C’est un trouble du système digestif qui se caractérise par des désordres intestinaux :

  • Flatulences
  • Douleurs abdominales
  • Changements des habitudes de défécation
  • Constipation

Cette perturbation intestinale, aussi appelée syndrome du côlon irritable, peut également se manifester par des diarrhées, des ballonnements, des dyspepsies ou des reflux gastro-œsophagiens. Il survient chez certains individus après la consommation de certains aliments, parmi lesquels nous trouvons l’oignon et l’ail.

Comme chaque cas est différent, il est recommandé dans une telle situation de noter systématiquement les aliments qui déclenchent ces malaises incommodants, afin de détecter ceux auxquels vous êtes intolérants et d’en éviter la consommation pour atténuer les symptômes.

Note : bien qu’il soit souvent conseillé de laver ses oignons à l’eau pour atténuer leur effet irritant sur les yeux, cette astuce s’avère au final contre-indiquée. Riche en thiopropanethial S-oxyde : une molécule très soluble dans l’eau et responsable de ses propriétés lacrymales, l’oignon en est dépossédé lorsqu’il est rincé sous l’eau et perd une partie de son pouvoir curatif.

Le mot de la fin sur l’oignon et ses bienfaits

Pleurez-vous lorsque vous coupez des bulbes d’oignon ? Si la réponse est oui, ce sont très certainement des larmes de joie ! Car les bienfaits de l’oignon sont nombreux.

En phytothérapie et en herboristerie, on lui reconnait des propriétés antioxydantes, idéales pour combattre les effets délétères causés les radicaux libres sur la santé.

Très utile au fonctionnement du cœur, son activité anti-plaquettaire principalement attribuable aux flavonoïdes — quercétine — qui le composent en fait un remède naturel efficace pour prévenir les maladies cardiovasculaires.
L’oignon est enfin un excellent aromate, très apprécié une fois pour son goût exquis. Consommez-le cru ou cuis, mais surtout sauté. Ses vertus curatives n’en seront que meilleures.