Service client : 09 81 10 38 08

Chaine Youtube Herbonata | Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3

Menu
Herbonata . Fiches conseils . Les nombreux bienfaits du piment sur la santé

Les nombreux bienfaits du piment sur la santé

L'action circulatoire, digestive, minceur du piment
Les nombreux bienfaits du piment sur la santé

               - Sommaire -

• Présentation du Piment

• Les bienfaits du Piment

• Comment consommer le Piment

 

De couleur rouge, verte ou jaune, le piment est un condiment ou un légume originaire de plusieurs régions du monde. Utilisé en cuisine depuis des millénaires pour sa saveur piquante, cet ennemi des palais sensibles a pourtant de nombreux bienfaits santé comme le révèlent les différentes études menées à ce sujet.

Contre les maladies cardiovasculaires, l’accumulation de mauvaises graisses ou la digestion lente, découvrez les effets thérapeutiques du piment, frais, séché ou en poudre.

 

Présentation du piment

Le piment est une plante connue et employée en cuisine depuis au moins 9 000 ans./On peut en effet s’en servir dans de nombreuses préparations culinaires, tant traditionnelles que créées par de grands chefs cuisiniers, afin de relever le goût de nos plats.

 

Histoire et utilisation traditionnelle du piment

Importé des Caraïbes, soit par Christophe Colomb, soit par le Dr Diego Alvarez Chanca, chirurgien de la flotte de ce dernier, à l’occasion de son deuxième voyage d’expédition, le piment détient une histoire résolument universelle avec ses usages, aussi bien culinaires que médicinaux, répandus dans quasiment toutes les cultures du globe.

En effet, cultivé depuis des siècles comme plante potagère en Amérique du Sud, au Mexique et en Amérique centrale, le piment est apprécié dans plusieurs traditions anciennes pour les qualités alimentaires et aromatiques de ses fruits.

C’est le piment de Cayenne, originaire d’Amérique équatoriale, qui est particulièrement répertorié dans la littérature botanique.

Appelé Chili chez les Aztèques, cette variété du genre Capsicum était employée et reconnue en médecine traditionnelle pour ses propriétés digestives et ses différents effets thérapeutiques. On l’utilisait notamment en application :

• Externe contre les douleurs rhumatismales, l’arthrose ou l’arthrite.

• Interne pour guérir le rhume et autres grippes.

 

 

Sous les tropiques, les populations autochtones se servaient de cette épice pour permettre à leurs organismes de mieux supporter les chaleurs records qui sévissent sous ces latitudes.

Adoptée en Europe, elle fut répandue — à la faveur d’échanges commerciaux — dans toutes les régions équatoriales du monde, intégrant ainsi les habitudes culturelles des peuples vivant au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.

On soupçonne que le piment aurait était utilisé dans certaines traditions anciennes pour infliger des châtiments corporels aux personnes qui s’étaient rendues coupables de délits. Mais c’est surtout son goût piquant qui est à l’origine de sa réputation.

Le mot « piment » est un nom générique issu du terme espagnol « pimiento » qui signifie poivre, lui-même tiré du latin « pigmentum » : substance pour peindre, en raison des différentes couleurs que peut avoir le piment.

Parmi les usages thérapeutiques qui lui sont traditionnellement attribués, des équipes scientifiques ont retenu les vertus digestives de son principe actif, la capsaïcine, responsable de sa saveur brûlante, et lui ont même attribué un rôle essentiel dans la lutte contre l’obésité et certaines maladies chroniques.

 

Le piment :

• stimule la salivationµ

• stimule la sensation de satiété

• accélère l’activité métabolique

• favorise la production des substances digestives

 

Description botanique du piment

Le piment est une plante dicotylédone de la famille des Solanacées, au même titre que les pommes de terre, la tomate ou les aubergines.

Caractérisé par sa saveur piquante et relevée, il est originaire des Amériques et pousse optimalement sous les climats chauds, voire tempérés.

Le piment est cultivé pour ses fruits qui peuvent être de couleur verte, jaune ou rouge à maturité. C’est une plante herbacée (70 cm de haut), potagère, annuelle et condimentaire, aux tiges partiellement ligneuses.

Le piment se décompose en cinq espèces de plantes domestiquées du genre Capsicum. En herboristerie, on les distingue en partie au moyen de leurs fleurs de différentes colorations : verte, blanche, violette, panachées de jaune et de rouge.

 

 

Le piment est habitué des sols humifères, légers et frais. Au jardin, il est aussi utilisé au jardin comme composé écologique. Et pour cause : c’est un répulsif contre les lapins, les écureuils, les souris.

La culture du piment est aujourd’hui pratiquée dans au moins 64 pays à travers le monde. Comme souvent en matière d’agriculture, l’Inde en assure seule une grande partie de la production mondiale (38,7 %), soit 3,4 millions de tonnes.

Le piment est donc une plante bien ancrée dans l’ère moderne, employée en cuisine et parfois même pour ses aspects décoratifs. Ses propriétés médicinales sont de plus en plus mises sous les feux de projecteurs.

 

Les bienfaits du piment

Le problème du piment, c’est qu’il est surtout utilisé comme condiment. Dans l’imagerie populaire en effet, les remèdes naturels se caractérisent tous par leur rareté, voire un caractère sacré, ce qui n’est en réalité pas toujours le cas. À l’instar du fenouil, du bigaradier ou des oignons, le piment est un fruit, une épice ou un légume aux nombreux bienfaits sur la santé.

 

La richesse en vitamines et minéraux du piment

C’est une source importante en substances vitaminiques et minérales. Le piment est riche en :

• Vitamine A : elle accélère le métabolisme. 

• Vitamine B6 : elle diminue la fatigue en contribuant à la biotransformation énergique normale. Participe au bon fonctionnement du système nerveux.

• Vitamine C : elle favorise la cicatrisation. Stimule l’absorption du fer. Soutien les défenses naturelles. Contient des vertus antioxydantes.

• Vitamine E : elle aide à combattre le phénomène d’oxydation qui dégrade notre organisme. Le piment prévient, dans une certaine mesure, les maladies cardiovasculaires, certains cancers et l’Alzheimer.

• Vitamine K : elle contribue à lutter contre les troubles hépatiques et les hémorragies. 

• Vitamine PP : elle joue un rôle de premier plan dans le déploiement de l’énergie dans notre organisme.

 

Le piment est aussi un réservoir d’oligoéléments indispensables aux réactions vitales des fonctions de notre corps. Il contient :

• Du cuivre qui est engagé dans l’entretien des os, des cartilages et le bon fonctionnement du corps.

• Du fer. Essentiel à la formation de l’hémoglobine, protéine présente dans les globules rouges, responsable du transport de l’oxygène du sang vers le reste des organes du corps./Du manganèse. Utile pour la construction du cartilage et des os. 

• Du magnésium qui prévient le diabète du type 2 grâce à son action régulatrice du taux de sucre dans le sang. Lutte contre la tension, l’anxiété, le stress, grâce à ses vertus relaxantes des muscles.

• Du potassium qui, combiné au sodium, participe au maintien de l’équilibre acido-basique des fluides et du corps. Permets la contraction du cœur et des autres muscles.

 

 

Grâce à sa haute teneur en antioxydants, lutéoline et quercétine (deux flavonoïdes reconnus), le piment est essentiel pour lutter contre les effets délétères provoqués par les radicaux libres (stress oxydatif = vieillissement prématuré des cellules de l’organisme, etc.). 

 

Les propriétés circulatoires et cardiovasculaires du piment

Extension de sa richesse en vitamines et oligoéléments, le piment est un atout santé pour la bonne activité du muscle cardiaque.

Outre son action bénéfique sur le cœur, il agit favorablement sur la sphère circulaire, réduisant ainsi les risques de maladies cardiovasculaires, première cause de décès en France.

Le piment limite les possibilités de faire un AVC ou un infarctus. Il intervient dans la bonne circulation du sang et le transport de l’oxygène dans tous les organes du corps.

Vasodilatateur, le piment permet de dilater les vaisseaux sanguins et empêche la vasoconstriction.

 

Le pouvoir brûle-graisses du piment

C’est une qualité qu’il doit principalement à sa forte concentration en vitamine A et en capsaïcine. Plus le piment est fort en bouche, plus il est chargé en substance active et contient des propriétés amincissantes.

Pour comprendre les bienfaits du piment sur la perte de poids, il faut surtout regarder du côté de l’accélération du métabolisme.

En effet, le piment fournit une bonne partie d'oligo-éléments nécessaires aux besoins métaboliques de l’organisme. Il produit un pic de chaleur dans le corps, augmentant ainsi les dépenses énergétiques. Conséquence : il brûle des sucres et aiguillonne l’oxydation des graisses. Il augmente la température et la transpiration.

D’après une étude américaine, si la capsaïcine à une action brûle-graisses, c’est aussi parce qu’elle transforme les cellules adipeuses blanches, incriminées dans les problèmes de surpoids, en des cellules des brunes.

Pour soutenir une diète ou un régime minceur, le piment est également approprié en raison de son effet coupe-faim qui favorise la perte de poids.

En phytothérapie et en herboristerie, on lui attribue aussi un effet diurétique efficace contre la rétention d’eau.

 

L’action digestive du piment

Le piment est également tonus digestif, une qualité qu’il doit principalement à ses propriétés stimulantes. Intégré à l’alimentation, il augmente la production des sucs digestifs tels que la salive.

Pour rappel, cette sécrétion, produite par les glandes salivaires, agit dès le début du processus de digestion — dans la bouche — pour faciliter la mastication et simplifier les transformations digestives.

Pour en revenir au piment, cette épice protège les muqueuses de l’estomac et favorise la fabrication des sucs gastriques. Pauvre en sodium, il est parfois utilisé comme une alternative au sel. De quoi intéresser les personnes soumises à un régime alimentaire strict.

Il convient de noter que des études menées sur les piments forts ont permis de découvrir que la capsaïcine qu’ils renferment aurait des effets thérapeutiques puissants contre les cellules cancéreuses du poumon, du pancréas et colorectal.

 

 

Outre des qualités digestives, la médecine lui reconnaît des propriétés :

• Sudorifiques

• Antiseptiques

• Anticonvulsives

• Antibactériennes

 

Les contre-indications liées au piment

Toutefois, attention. Le piment n’est pas à consommer sans modération et par tous.

Pour des raisons presque évidentes, il est interdit aux nouveau-nés et aux enfants de moins de 2 ans.

En cas de système digestif fragile ou de syndrome de l’intestin irritable, il peut entraîner les effets indésirables suivants :

• Coliques

• Brûlures d’estomac

• Hémorroïdes

 

Pour les personnes sujettes à un ulcère actif à l’estomac, à des reflux gastro-œsophagiens ou à des troubles hémorroïdaires, il est préférable de ne pas consommer du piment.

Compte tenu de son effet stimulant sur les substances digestives, le piment lorsqu’il est consommé en quantités importantes peut provoquer des nausées.

On évitera d’ingérer de très fortes doses de piment qui pourrait fragiliser la santé de l’estomac.

 

Comment consommer le piment ?

Comme souvent avec les plantes médicinales, le piment se consomme sous plusieurs formes et de différentes façons : cru, cuit, séché, en gélules ou introduit dans une tisane.

 

Cuisiner avec le piment

Le piment rentre dans la composition de quasiment toutes les recettes du monde. Selon les préférences et les habitudes culinaires, on l’introduira, peu ou énormément, dans la majeure partie des mets : bouillon de poisson ou de viande, légume ou même salade, pizzas, volaille, etc.

En gastronomie française, il n’est pas rare de voir le piment à table, soit ajouté directement au moment de la cuisson, soit préparé séparément pour laisser à chacun le choix de le doser à sa manière, pour un goût relevé, exotique, fortement ou légèrement pimenté.

 

Une recette, par exemple ?

Plusieurs plats épicés avec du piment sont connus. Il s’agit notamment des brochettes de bœuf au paprika et piment de Cayenne, ou du gratin de légumes au piment de Cayenne.

Si la deuxième recette vous fait saliver, prévoyez :

• 10 tomates

• 2 aubergines

• 2 courgettes

• 1 poivron jaune

• 1 poivron vert

• 1 poivron rouge

• 200 g de gruyère moulu

• Du sel

• De l’huile d’olive

• De la chapelure

• Du poivre

• Du piment de Cayenne (bien sûr) 

 

Cuisson

Suivez les étapes ci-après après avoir lavé vos ingrédients :

• Tailler les aubergines en petites lamelles

• Découper les tomates en fines rondelles

• Couper les poivrons en deux, dans le sens de la longueur, puis en petits bâtonnets

• Faire de même avec les courgettes

• Préchauffer le four à 180 °C

• Puis, dans un plat de cuisson rectangulaire, verser un filet d’huile d’olive 

• Saupoudrer d’un peu de gruyère et de chapelure

• Disposer une partie des tomates

• Assaisonner de poivre et de sel

• Épicer au piment de Cayenne (quantité au choix)/Ajouter une couche de courgettes, de poivrons et d’aubergines 

• Poser une couverture de tomates /Verser équitablement un peu d’huile d’olive et de chapelure sur le tout

• Asperger de gruyère

• Disposer le reste de légume dans un ordre spécifique, tomates, courgettes, poivrons, aubergines, tomates

• Saupoudrer de gruyère (à nouveau)

• Pimenter, assaisonner de poivre et de sel

• Enfourner 1 h

 

Votre gratin de légumes au piment de Cayenne est prêt ! 

Pour dire quelques mots sur les meilleurs piments à utiliser, les bienfaits du piment de Cayenne sont souvent utilisés.

Quant au classement du piment du plus doux au plus explosif, sur une échelle de Scoville (nom de celui qui a établi cette nomenclature) allant de 0 jusqu’à 10, le piment de Cayenne est à la marge 6. Un peu en dessous, on retrouve le piment d’Espelette et tout en haut, le piment Trinidad Moruga Scorpion et le Carolina Reaper.

 

 

Les gélules de piment

Les gélules du piment sont idéales pour profiter des bienfaits de la capsaïcine sans se « brûler » les papilles. Si vous êtes particulièrement sensibles aux plats épicés, pensez à cette alternative.

Les gélules de piment s’appliquent par voie interne. Boire de 500 mg à 1 g, 2 à 3 fois par jour, idéalement avant les repas.

En suivant cette fréquence de consommation, vous transformerez vos mauvaises graisses en bonnes graisses, réduirez les risques de développer une maladie cardiovasculaire, un diabète ou certains cancers.

À noter : vérifiez toujours que vos capsules de piment en poudre soient fabriquées avec des produits 100 % issus de l’agriculture biologique.

 

En ajout dans les tisanes    

Pour les plus friands de piment, il est également possible d’introduire cette épice directement dans des tisanes pour profiter de ses multiples bienfaits.

Vous faites une tisane de feuilles de frêne, de hêtre ou de pédoncules de cerises ? Ajoutez-y quelques grammes de votre piment préféré, de manière à obtenir la sensation pimentée que vous souhaitez.

 

À noter : le piment étant généralement consommé à petites doses, il est conseillé de jouer sur la régularité pour potentialiser ses nombreux bienfaits. Et pour les plus courageux, ses astuces de grand-mère recommandent de prendre du lait, une crème fraîche ou une tartine pour calmer les effets « de feu » consécutif à une forte ingestion de piment. L’eau est à éviter dans ces cas-là, car la capsaïcine n’est pas soluble dans l’eau, mais dans les matières grasses.

 

Le mot de la fin sur le piment

Bien plus qu’une simple épice, le piment est un aliment-santé qui contient de nombreuses substances minérales et vitaminiques. Utilisé traditionnellement pour soulager de nombreuses affections, on le retrouve dans de nombreuses préparations culinaires pour relever le goût des plats, améliorer la digestion des aliments et l’absorption des nutriments.

Riche en antioxydants, le piment aide à combattre le stress oxydatif — à ne pas confondre avec le stress psychologique —, en inhibant l’activité des radicaux libres. Il entretient la santé du cœur et des autres muscles du corps, favorise les brûlures de graisse et réduit la fatigue.

En phytothérapie, le piment est réputé pour son pouvoir vasodilatateur qui permet un meilleur écoulement sanguin. On s’en sert aussi comme traitement préventif contre les maladies cardiovasculaires, certains cancers et le diabète.

Alors, prêt à désensibiliser votre palais et profiter des vertus du piment ?