Service client : 09 81 10 38 08

Livraison Offerte à partir de 50€ d'achats | Frais de Port à partir de 3€                                     

Menu
Herbonata . Fiches conseils . Où pousse l’épilobe ?

Où pousse l’épilobe ?

La plante médicinale de l'épilobe
Où pousse l’épilobe ?

L’épilobe est une plante sauvage. Elle pousse naturellement sur les terrains dégagés et dans les coupes de bois. Cultivable, la terre du jardin lui convient. L’épilobe (Epilobium), qui peut également se nommer, laurier de Saint-Antoine, osier fleuri, épilobe en épi ou encore épilobe à petites fleurs, est une sorte de plantes herbacées vivaces de la famille des Onagracées. Il est originaire d’Europe et d’Asie et pousse majoritairement sur des espaces dégagés tels que les clairières, ravins et lisières de forêts. On peut aussi le trouver aux pieds des talus et le long des chemins humides. L’épilobe est connu pour ses propriétés en phytothérapie et en cuisine.

 

Une plante colonisatrice

L’épilobe est une plante grégaire, ce qui signifie qu’elle pousse en famille ou en colonie. Envahissant les terrains libres : lieux de forêt déboisés, coupes de bois, champs en friche ou bords de rivière, on la retrouve principalement dans les zones tempérées de l’hémisphère nord et elle peut pousser jusqu’à +2 500 m d’altitude.

En France, l’épilobe est très répandu dans les endroits frais et riches en eau.

Il apprécie les régions de moyenne montagne, mais pénètre moins dans le Midi et dans des espaces où la concurrence avec d’autres espèces végétales comme les arbres, les arbustes ou d’autres plantes est très importante.

L’épilobe est connu en anglais sous le nom de « fireweed », l’herbe du feu, en référence à sa capacité à coloniser les terres incendiées sur lesquelles il s’établit facilement et rapidement.

D’après la légende, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Londres fut recouverte d’épilobe et arborait une magnifique couleur rose dans tous les espaces où la plante avait poussé et fleuri.

Une histoire similaire veut que, entre 1940 et 1945, l’épilobe a envahi, en Europe occidentale, les friches des nombreux quartiers détruits pendant les bombardements intenses.

L’épilobe est également un végétal pionnier du Mont Saint Helens.

 

Au jardin

L’épilobe est une plante sauvage. Toutefois, elle est domestiquée et cultivée depuis fort longtemps.

Dans les jardins, ce sont généralement les jeunes plants d’épilobe, vendus en petit godet, qui sont mis en terre au printemps ou à l’automne.

Bien que peu exigeant quant à la nature du sol, l’épilobe affectionne les terres calcaires, caillouteuses, sableuses, argileuses, riches en humus, humides, exposées au soleil ou mi-ombre.

Les feuilles et les fleurs de la plante se cueillent de préférence en fin de floraison, entre septembre et octobre. Mais vous pouvez aussi vous procurer de L’Épilobe à petites fleurs en herboristerie ou auprès de votre herboriste en ligne pour un usage thérapeutique.

Les jeunes pousses de l’épilobe en épi, cueillies quant à elles avant le fleurissement pour qu’elles soient plus tendres, peuvent être consommées comme légumes.

 

En phytothérapie

L’épilobe est une plante médicinale. Ses vertus anti-inflammatoires, diurétiques, digestives, adoucissantes sont exploitées en phytothérapie depuis des siècles pour traiter de nombreuses affections : diarrhées, gastro-entérites, colites, désordres intestinaux, furoncles, irritations cutanées…

Décongestionnant prostatique, l’épilobe est intéressant en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate, de prostatite aiguë, et de troubles de la miction due à l’HBP ou à une inflammation des voies urinaires (ex. : cystite).

C’est aussi une alternative naturelle dans le traitement des inflammations gingivales, des aphtes, des laryngites ou encore des pharyngites.

L’épilobe — en tisane, en teinture ou en gélules — permet de booster les défenses immunitaires de l’organisme